Tout est dit…

Ok c’est parce que c’est vendredi soir, et le ton est plus que léger dès qu’on prend l’apéro.

On se détend les filles, c’est le weekend…

Baby take off your coat, reeeeal slow…

You can leave your hat on…

http://www.hm.com/fr/mode/fashionstudio__fashionstudio.nhtml

PS / ça marche aussi pour déshabiller les filles, mais c’est moins rigolo

Blackitten

L’avis de Marie: j’ai un faible pour la troisième tenue, mais une paire de chaussettes ne serait pas de trop: il ne faudrait pas que Ken prenne froid…

En tant que styliste passionnée de vintage, il était AB-SO-LU-MENT nécessaire que j’aille faire un tour au musée des Arts Décoratifs pour admirer l’exposition sur Madeleine Vionnet.

Madeleine, c’est la reine de la coupe en biais (le tissu pris dans sa diagonale, le drapé, les godets qui font des jolies cascades… vous voyez). Pour vous situer, ça se passe au début du siècle, années 20-30. Ayant étudié certaines de ses techniques de coupe, je savais que mes yeux allaient passer du temps sur les coutures, et je n’ai pas été déçu!

Profitant d’un sage mercredi sous le signe de la culture (en obligeant au passage ma petite soeur à prendre avec moi une carte du Louvre pour l’année) nous voilà bras dessus bras dessous à l’entrée du musée.

A 16h30 c’est magique, c’est désert. La meilleure surprise du jour, si vous avez moins de 26ans, c’est gratuit, je me demandais d’ailleurs si le caissier ne s’était pas trompé… OUI! On y va, on y court, et j’irais encore traîner mes guêtres dans ce merveilleux bout de musée.

L’expo regorge de robes ondulantes, de crêpe en suspension (on parle du tissus crêpe!!) crêpe marocain, crêpe georgette, mousseline brodée de perles métalliques, une pure merveille. Les robes sont intemporelles, d’une pureté émouvante (pour moi), j’ai griffonné quelques robes sublimes pour en garder une trace.

Ce qui me laisse admirative, c’est l’état de conservation des robes, d’une fraîcheur incroyable. L’équipe de restauration a fait un travail d’orfèvre. Je me souviens d’une discussion au Studio Berçot sur l’affrontement Musée Galliera contre Musée des Arts Décoratifs. En effet, Galliera a beaucoup de mal à conserver son patrimoine, peuvent en témoigner les robes de l’exposition Années Folles rongées par le temps…

Le mieux est encore d’aller voir ce bijou, qui fermera ses portes le 31 janvier.

Avec scénographie d’Andrée Putman s’il vous plait!

Madeleine Vionnet, puriste de la mode

du 24 juin 2009 au 31 janvier 2010

Les Arts Décoratifs – Mode et Textile

107 rue de Rivoli

75001 Paris

Tél. : 01 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Autobus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95 (oui tout ça)

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/mode-et-textile/expositions-70/actuellement-447/madeleine-vionnet-puriste-de-la/

Blackitten

L’avis de Marie: Madeleine Vionnet, j’en avais entendu parler par ma soeur qui m’expliquait le pourquoi de la coupe en biais. Je dois reconnaître qu’en profane de la couture, on ne peut qu’admirer les robes au tombé parfait, les godets sans la moindre couture. On se demande parfois en regardant les vêtements de Vionnet par quel miracle ils tiennent. De la robe et rien d’autre, que l’on imaginerais facilement dans son placard. Même si ces modèles datent des années 30, ils restent très contemporains. Une belle expo!

Mon Dieu n’est pas Karl le Kaiser, mais Carl le pâtissier du coin de la rue.

Shooting entre fille, en hommage à ce charmant créateur de gâteaux. Même mon lapin en porcelaine a craqué…

DSC_0333smallnameDSC_0134smallnameDSC_0389smallnameDSC_0604smallname

Merci à toutes ces demoiselles d’avoir mis leur patte dans ce shooting :

Camille, ravissante modèle

Sophie, photographe de talent

Leucosie, maquilleuse aux mains de fée qui s’est également occupée du maquillage

et Carl Marletti, pour faire de si belles pâtisseries!

Décor, stylisme, corset et stylisme culinaire… le chat noir, pour vous servir.

Blackitten

Après Tim Burton pour Haarper’s Bazar, c’est au tour du Vogue d’emprunter aux contes de fées ses séries mode.

02v

04v

03v

05v

Lily Cole et l’acteur Andrew Garfield interprètent les personnages d’Hansel et Gretel, photographiés par Annie Leibovitz. Des hommes arbres, des poissons costumés et des forêts enchantées, un conte féérique avant les fêtes de fin d’années à retrouver dans le Vogue US du mois de décembre…

http://www.style.com/vogue/feature/2009_December_Hansel_And_Gretel/?mbid=fbvps

 

NDLR : La demoiselle qui pose avec les acteurs de L’Imaginarium du docteur Parnassus n’est autre que… LADY GAGA!

Blackitten

Le plus vieux quartier de Paris est connu pour ses délices à chaque coin de rue, régal des papilles et des pupilles. Au détour de la rue Censier, le pâtissier Carl Marletti vient de prendre place au bord de la fontaine Saint Médard. Une façade blanche, une vitrine épurée, le lieu atire l’oeil par quelques touches de couleurs à l’intérieur.

080413-carl-marletti-2080413-carl-marletti-8

Une succession de japonais, habitants du quartier et autres curieux attendent leur tour dehors. Une odeur de pâte feuilletée pur beurre attire les clients comme le chant des Sirènes. Les pâtisseries alignées forment un tableau coloré qui attise la gourmandise. Chaque pièce est soigneusement décorée pour mettre vos sens en éveil ; le choix devient cornélien. Le ballet des vendeurs en gants blancs captive la file d’attente, une toque noire apparaît, de nouveaux gâteaux arrivent. Entre Lily Valley, Marie-Antoinette et macarons délicats, les clients repartent avec le sourire, un peu de luxe entre les mains, et la sensation de faire partie d’une élite pour quelques euros.

C’est un peu formel comme article hein? Je ne vous cache pas qu’il s’agit d’un article que je vais rendre en atelier de journalisme, les consignes toujours les consignes… Tout ça pour dire, Carl Marletti, c’est le génie de la pâtisserie. Il vient du Grand Hôtel Intercontinental et du Café de la Paix, ça donne une idée. Ladurée n’a qu’à bien se tenir! Les gâteaux sont tellement beau que… J’ai craqué. Petit test avec ma soeur…

P1040520

Le « Censier »…

Ensuite, j’ai rêvé du Saint Honoré à la violette avec mon corset en soie mauve (les photos arrivent bientôt…). Ce qui me fascine, c’est le prix. Entre 3 et 4euros pour de si belles pâtisseries, c’est un luxe dont on aurait tort de se passer! Une adresse à recommander aux gourmets

P1040530Backstage photo avec Camille, Sophie B. et Leucosie Onyx

Carl Marletti

51, rue Censier

75005 Paris

http://www.carlmarletti.com/

Blackitten

la veste officier copie

Mon must-have intemporel. Un rêve de jeunesse sans doute, une admiration pour l’uniforme et sa rigueur, sa perfection stylistique et ses couleurs harmonieuses.

Depuis quelques années je mijotais mes idées de mode, en début d’année je l’ai faite, complètement à contre-courant dans un monde de robes mousseuses, il était là, mon ensemble de « Monsieur Loyal ». Ses brandebourgs me tenaient à coeur, je voulais associer la raideur de la veste officier à celle de la corseterie, qui ne pouvait qu’aller avec. Il me plaisait, si avant-gardiste.

10952_171417906530_79746016530_3448744_3983181_n

10952_171514086530_79746016530_3449661_5795657_n

10952_174158396530_79746016530_3489773_2304498_nphotos Amel Kerkeni

Exposée lors du vernissage des Appartées le 2 Avril 2009, cet ensemble était la silhouette phare de ma collection, basé sur le cirque burlesque, les Freaks.

Cette saison, mon ensemble est totalement dans la tendance, ce qui me conforte dans mes idées qui ne sont pas si farfelues…

Blackitten

L’avis de Marie: J’aiiime ces vestes officiers qui fleurissent sur les portants!!  Du bleu marine, de gros boutons dorés…le tout dans une matière bien chaude….Pourvu que cette tendance dure!!!

topshop05

Voilà une nouvelle qui va ravir les modeuses: la célèbre marque britannique, qui nous manquait tant, arrive en France, et s’installera d’ici l’année prochaine dans notre capitale dans un lieu encore inconnu. Finies, les commandes par Internet, qui empêchaient d’essayer les vêtements et chaussures, les expéditions londoniennes: la griffe associée à Kate Moss est bientôt à notre portée, partant à la conquête de l’Europe et des États-Unis.

Topshop, c’est l’esprit mode anglais, qui n’a peur de rien: dans les boutiques de l’enseigne, toutes les tendances sont là, parfois cumulées sur une même pièce. Certains verront là dedans de l’excès, des pièces d’un style immettable, d’autres une originalité débordante.

Là est tout l’intérêt de la marque; face à un H&M peu porté à faire des pièces très extravagantes, un Zara proposant comme pièces fashion les tendances les moins risquées, ou encore Uniqlo se concentrant sur des basiques, Topshop est l’enseigne délurée de la mode à bas prix, qui manque cruellement aux shoppeuses françaises.

Cette arrivée sera pour nous l’occasion d’acquérir des pièces extrêmement tendances, loin d’être passe-partout, qui vont égayer nos armoires.

Il faut de plus souligner que loin de ne faire que du trendy, Topshop fait aussi de très bon basiques, comme le prouve leur grande variété de jeans, de toutes formes et toutes longueurs.

L’attente va être longue!!

marie

Vous aimez Fellini? Vous avez peut-être un jour rêvé devant la Dolce Vita? Souriez vous allez aimer : il est à l’honneur en cette fin d’année.

Federico Fellini est l’un des plus importants cinéastes italiens. Ses films explorent la dimension baroque et onirique de la vie elle-même. Il aime se construire un monde peuplé de grotesques et d’extravagances. J’ajoute ma petite parenthèse, ceux qui auront vu sa version de Casanova feront peut-être comme moi le rapprochement avec le film Freaks dont je suis très friante friande (merci Marie et la biographie de Christian Dior). Un tas de monstres bizarres et attachants. Vous ne trouvez pas?

CASANOVA_FELLINI_FILM_421

Si vous habitez Paris, impossible de rater les affiches de l’exposition au musée du Jeu de Paume. Pour fêter les presque 50ans du film Dolce Vita (1960) la Fnac Montparnasse de Paris vous offre en parallèle une expo-photo qui retrace les coulisses du tournage et les scènes cultes du film, comme la baignade dans la fontaine de Trévi.

Fellini_DolceVita1

Encore une petite faim? La Cinémathèque propose une retrospective très alléchante sur le réalisateur, une intégrale qui vous permettre de choisir LE film à voir. Vous trouverez tous les détails ci-dessous.

Cet automne, plongez dans l’univers du cinéma! Avec tout ça, vous devriez être incollable.

Fellini, la Grande Parade
du 20 octobre 2009 au 17 janvier 2010
Jeu de Paume
Place de la Concorde Paris 8e
M°Concorde
http://www.jeudepaume.org

Exposition Fellini-La Dolce Vita
du 30 octobre au 28 novembre 2009
FNAC Montparnasse, Lille et Lyon Bellecour
136, rue de Rennes, Paris 6e
M° Montparnasse

« Tutto Fellini » Rétrospective intégrale Federico Fellini
du 21 octobre au 20 décembre
Cinémathèque française
51, rue de Bercy, Paris 12e
M°Bercy
Voilà le programme : http://www.cinematheque.fr/fr/projections/hommages-retrospectives/fiche-cycle/federico-fellini,236.html

Blackitten

Mais qu’est ce donc?

C’est un collant  (sisi), noir le plus souvent, et moucheté de petits points opaques. Encore un vestige des années 80 qui revient. Qui les a sorti de la naphtaline?

Le responsable n’est autre que Nicolas Ghesquière, qui les a fait réapparaître en février dernier lors du défilé automne hiver 2009-2010 de Balenciaga.

defile-balenciaga3

Et quelques mois plus tard, alors que l’été règne encore, au détour d’un Vogue, le collant plumetis a perdu son aspect de petite fille endimanchée pour prendre une tournure beaucoup plus rock.

plumetis-vogue3

Le commun des mortels peut désormais se fournir les désirés collants, dans le temple H&M, pour la modique somme de 4,90€.

Si on continues chaque année à ressortir les standards des 80’s, l’année prochaine on se fait une permanente frisée et des gros sourcils noirs broussailleux façon Madonna période Like a Virgin….

Ah, et j’en profite pour dire aux modeux de chez Vuitton: ce n’est pas parce que le collant fantaisie redevient à la mode qu’il faut créer des monstruosités pour les accros du logo.

2pyncq1

Marie

L’avis de Blackitten : Le classique des pin up! Jouez la carte du glamour avec ce collant chic à porter pour toutes les occasions, il se marie aussi bien avec une jupe crayon qu’un short en jean destroy. Profitez-en, le géant suédois vient de le mettre en rayon et votre mère en a surement au moins une paire dans son tiroir.  La variante petit coeur est aussi mignonne, on les trouve dans des boutiques comme Tabio (sur laquelle je vous ferais bientôt un article). A décaler, pour ne pas pêcher par excès de girly. Il adoucira à merveille un look rock. Un it-tight!

carte a jouer

En ce jour d’Halloween, Tim Burton est à l’honneur de Paris à New York. Découvrez une rétrospective outre-Atlantique au Museum of Modern Art de New York cet hiver, pour ceux qui auront la chance de partir aux Etats-Unis avant fin avril. Pour nos petits yeux de parisiens, une série de films burtoniens au cinéma Champollion à l’occasion des 20ans de Beetlejuice.

tim-burton-fashion-1009-02-de

Tim Burton est également à l’honneur dans le très célèbre magazine Harper’s Bazaar pour une série mode déjantée, dirigée par ses soins. On y retrouve tous les codes du réalisateur, des créatures crépusculaires aux belles demoiselles aux cheveux flamboyants ; une délicate série de photos hors-tendance qui se regarde comme une oeuvre d’art. A savourer comme des Vanités modernes.

tim-burton-fashion-1009-01-de

Retrouvez la série mode sur le site du Harper’s Bazaar :
http://www.harpersbazaar.com/tim-burton-halloween

Blackitten

Articles les plus consultés

Archives

Catégories